L'avis de ProDiPresse

 16/10/2018

Nous sommes en période électorale et toutes nos demandes sont recevables et mêmes écoutées d’une oreille attentive par les femmes et hommes politiques de tous bords. C’est la bonne occasion pour nous de rappeler à tous notre existence et les combats que nous menons au quotidien.

Il est dès lors important que vous aussi, en tant que libraires/presse, vous n’hésitiez pas à faire passer auprès des décideurs publics des messages forts. La définition « libraire/presse » n’est pas encore passée et ce, malgré un accord unanime en commission diffuseur de presse du SPF Économie après une validation de l’ensemble des secteurs (jeux, tabac, éditeurs, diffusion). Je suis en train de mettre la pression sur les ministres des Indépendants et de l’Économie qui ont en charge cette matière.

Le paquet neutre sera aussi à l’ordre du jour d’une prochaine réunion entre les organisations professionnelles et les cabinets ministériels des Indépendants et de la Santé début novembre. Nos demandes sont précises : une année complète pour pouvoir éliminer notre stock une fois que les grossistes ne pourront plus nous fournir des anciens paquets, une législation claire et adaptée aux nouvelles technologies (e-cigarettes) et une réduction du nombre de points de vente tabac. Cette dernière mesure est d’ailleurs préconisée par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pour réduire la dépendance au tabac. Un véritable plan santé doit aussi accompagner cette mesure qui, aujourd’hui, n’a rien prouvé sur son efficacité dans les pays où elle a été mise en application. Sans ce plan, la ministre de la Santé n’aura rien réussi sinon à compliquer le quotidien des libraires/presse.

Je souhaite que les libraires/presse (tel que prévu par la définition) soient le réseau responsable et réfèrent en matière de produits en vente non libre (jeux, tabac, alcool). Notre rôle sociétal en sera ainsi renforcé et nous pourrons mettre en application notre qualification reconnue par le Parlement dans sa motion.

Mais je souhaite être clair : à ceux qui nous promettent un monde meilleur, je saurais rappeler au réseau leurs promesses non tenues avant les élections de mai 2019. Entre promesses et réalités, il y a un monde de différence et je compte faire état des avancées en temps opportun. Il vous reste huit mois pour réaliser vos objectifs avant que notre réseau et nos clients votent pour élire les prochains décideurs publics du pays.

 

Xavier DEVILLE
Président

Indexation terminée !