L'avis de ProDiPresse

 14/11/2018

Au moment où vous lirez ces lignes je serai en réunion, avec mon collègue de Perstablo, chez les ministres Ducarme et De Block pour parler du paquet neutre et des demandes du secteur.

Elles sont au nombre de trois :

  • La première est une réduction du nombre de points de vente qui vendent du tabac en Belgique. Nous en avons tellement en Belgique que leur nombre est quasiment aussi élevé que sur l’ensemble du territoire français. C’est d’ailleurs une des mesures préconisées par L’OMS (Organisation mondiale de la Santé) pour lutter contre le tabagisme.
  • La seconde est une législation claire sur les nouvelles technologies (e-cigarettes et tabac à chauffer). Il est temps que le gouvernement se positionne clairement comme l’ont fait nos voisins français ou anglais puisque nous semblons suivre le même chemin.
  • La troisième est que nous devons être le réseau responsable et référent pour la vente des produits non libres (jeux, tabac, alcool) et qu’un plan santé cohérent soit mis en place.

Le secteur du tabac n’est pas le seul à subir de gros changements prochainement puisque les Éditions de l’Avenir sont suspendues à un plan de restructuration qui verrait disparaître 25 % de leur personnel. Il faudra aussi compter avec un changement d’imprimerie (prévu de longue date) qui interviendra durant le mois de décembre. L’Avenir sera imprimé sur les presses de Rossel Printing à Nivelles. Cette intégration ne sera donc pas sans conséquence pour les heures d’arrivée des titres presse chez AMP. J’ai demandé à Jean Wouters, directeur de Rossel Printing, de travailler en collaboration avec Prodipresse (plutôt qu’en opposition) pour que nous anticipions au mieux ces modifications avec un but premier : celui de ne pas retarder encore les heures d’arrivée et donc les livraisons des bacs presse d’AMP.

Nous sommes et devons rester des libraires/presse. Si nous n’avons plus la presse à une heure correcte pour nous permettre de diffuser une presse pluraliste à nos concitoyens, la démocratie belge sera en danger. Si nous ne sommes pas le réseau responsable et référent pour la vente du tabac, alors le gouvernement actuel ne répondra pas à la motion du parlement qui lui demande de préserver et légiférer pour que le réseau des libraires/presse puisse continuer d’exister, car il est indispensable au tissu social et économique belge.

Je vous le dis, le mois de novembre et ceux qui suivent seront des mois de tous les défis pour notre réseau et pour le gouvernement avant les élections fédérales prochaines.

Xavier Deville
Président

 

Cet édito est tiré du Prodipresse Magazine n°83 de Novembre 2018, consultable dans son entièreté au lien suivant: https://prodipresse.be/wp-content/uploads/2018/11/Mag_83_Internet.pdf 

Indexation terminée !