Prodipresse vous informe

 06/03/2019

Vous l’avez certainement remarqué, un nouveau produit est venu récemment enrichir vos rayons : le MOOK. C’est une créature de presse hybride, à la fois livre («book») et magazine («M»).

C’est un produit à haute valeur ajoutée : 25,50 € pour 6 mois, 19 € pour America, 15 € pour Long cours, 17 € pour Médor, 18,50 € pour PermaGaïa, 12,50 € pour Wilfried, et maintenant 20 € pour le petit dernier, 1944. Sur lesquels nous avons 25% de remise minimum…

Quand nous comparons avec les 0,32 € bruts obtenus lors de la vente de l’Avenir ou de la DH, et même les 0,40 € du Soir… Il faut donc vendre 15 ou 20 quotidiens pour obtenir le même gain que sur la vente d’un Mook «moyen». Voici le rêve… À vous de mettre en avant ce qui «rapporte», des produits qui ont sans aucun doute leur public.

 

Tout nouveau, belge et francophone, 1944 a l’ambition de présenter aux lecteurs les derniers acquis de la science historique concernant la Seconde Guerre mondiale.
Si ce Mook est destiné au plus large public possible, s’il est conçu et rédigé de manière à informer, à exciter la curiosité et, pourquoi pas, à divertir, il n’en est pas moins intellectuellement et professionnellement exigeant. Populariser l’histoire ne signifie pas faire une histoire au rabais.

Au cœur du premier mook 1944, on découvre le sacrifice des hommes qui ont été acteurs de la célèbre Bataille des Ardennes. Sans eux, cet endroit stratégique qu’était Bastogne serait tombé aux mains des Panzers avant que la 101st Airborne Division n’ait eu le temps de se déployer. Ce fait central, trop souvent éclipsé par le siège, sera mis en exergue au fil des pages.

 

Un nouveau regard sur le conflit

Depuis quelques années déjà, une nouvelle génération d’historiens militaires émerge, exemptée de rancœur envers les Allemands, cherchant essentiellement à inscrire son travail dans un devoir de mémoire. La circulation actuelle des données ouvre l’accès à des archives plus facilement, plus rapidement et plus abondamment que par le passé. Ces experts bénéficient donc d’un faisceau de circonstances favorables qui leur permet de dépoussiérer l’histoire.

 

Les détails de l’histoire : de l’anecdote à l’inédit

La guerre ne se résume pas aux armes et aux champs de bataille. La guerre, c’est aussi une multitude de détails qui enrichissent l’histoire et son imaginaire commun.

Par exemple, comment l’Amérique a-telle mis en place plusieurs initiatives permettant aux soldats de communiquer avec leurs familles ?

 

Témoins, enquêtes, reportages et documents inédits

Le mook 1944 se distingue par sa richesse iconographique. De nombreuses photos rares et jamais publiées y figurent en grand nombre. Elles sont issues directement des archives militaires américaines, allemandes, anglaises…

Mais aussi de témoignages poignants et inédits comme celui de William Gillet, war baby et fils d’un soldat américain de la Black Company

 

De belles signatures, un petit prix et une marge intéressante pour les libraires/presse

Le mook 1944 compte de belles signatures. Autour d’Hugues Wenkin qui collabore déjà avec les plus grands acteurs de la presse historique française depuis 2005 et qui est l’auteur de quelques succès comme Les témoins d’acier, Rommel, Ében-Émael. L’autre vérité… nous retrouvons de bonnes plumes comme celles de Jean-Paul Martoz, Philippe Carrozza, Mathieu Billa, Frank Rockenbrod, Daniel Ruelens, Christophe Lafaye…

Olivier Weyrich, fondateur de la maison d’édition éponyme, est à l’initiative de ce nouveau périodique surprenant. Figure importante du paysage littéraire belge francophone, sa ligne éditoriale se distingue par le dynamisme dont il fait preuve au sein de ses différentes collections depuis vingt ans. Brassant divers sujets et ancrages tels que l’histoire militaire, la littérature, la nature, le Congo ou encore le jardinage, son catalogue se diversifie et s’enrichit chaque année un peu plus, avec une quarantaine de titres et quelques réimpressions.

Avec 1944, il propose un nouveau produit qui vient bien à point. Séduisant par sa qualité et son esthétique d’un genre singulier, mais aussi attractif par un prix de vente (20 euros ttc), le mook 1944 devrait toucher un large public devenu attentif au coût de la vie.

Les éditions Weyrich publient également une autre revue, bien connue : Esprit jardin.

Celle-ci a l’avantage d’être belge francophone. Toutes les informations sont donc valables pour notre région, au contraire bien souvent des revues françaises proposant de jolies photos du Midi…

Paraissant 10 fois par an (5,2 €), elle procure 30% de remise au libraire/presse, et non 25% comme d’habitude (hélas).

Le deuxième numéro de 1944 est annoncé pour mai 2019 avec comme sujet central le débarquement en Normandie.

D’ici là, nous vous invitons à mettre ce nouveau titre bien en vue pour l’aider à réussir son lancement.

Indexation terminée !