Prodipresse vous informe

 06/03/2019

Vous l’avez certainement remarqué, un nouveau produit est venu récemment enrichir vos rayons : le MOOK. C’est une créature de presse hybride, à la fois livre («book») et magazine («M»).

C’est un produit à haute valeur ajoutée : 25,50 € pour 6 mois, 19 € pour America, 15 € pour Long cours, 17 € pour Médor, 18,50 € pour PermaGaïa, 12,50 € pour Wilfried, et maintenant 20 € pour le petit dernier, 1944. Sur lesquels nous avons 25% de remise minimum…

Quand nous comparons avec les 0,32 € bruts obtenus lors de la vente de l’Avenir ou de la DH, et même les 0,40 € du Soir… Il faut donc vendre 15 ou 20 quotidiens pour obtenir le même gain que sur la vente d’un Mook «moyen». Voici le rêve… À vous de mettre en avant ce qui «rapporte», des produits qui ont sans aucun doute leur public.

 

Tout nouveau, belge et francophone, 1944 a l’ambition de présenter aux lecteurs les derniers acquis de la science historique concernant la Seconde Guerre mondiale.
Si ce Mook est destiné au plus large public possible, s’il est conçu et rédigé de manière à informer, à exciter la curiosité et, pourquoi pas, à divertir, il n’en est pas moins intellectuellement et professionnellement exigeant. Populariser l’histoire ne signifie pas faire une histoire au rabais.

Au cœur du premier mook 1944, on découvre le sacrifice des hommes qui ont été acteurs de la célèbre Bataille des Ardennes. Sans eux, cet endroit stratégique qu’était Bastogne serait tombé aux mains des Panzers avant que la 101st Airborne Division n’ait eu le temps de se déployer. Ce fait central, trop souvent éclipsé par le siège, sera mis en exergue au fil des pages.

 

Un nouveau regard sur le conflit

Depuis quelques années déjà, une nouvelle génération d’historiens militaires émerge, exemptée de rancœur envers les Allemands, cherchant essentiellement à inscrire son travail dans un devoir de mémoire. La circulation actuelle des données ouvre l’accès à des archives plus facilement, plus rapidement et plus abondamment que par le passé. Ces experts bénéficient donc d’un faisceau de circonstances favorables qui leur permet de dépoussiérer l’histoire.

 

Les détails de l’histoire : de l’anecdote à l’inédit

La guerre ne se résume pas aux armes et aux champs de bataille. La guerre, c’est aussi une multitude de détails qui enrichissent l’histoire et son imaginaire commun.

Par exemple, comment l’Amérique a-telle mis en place plusieurs initiatives permettant aux soldats de communiquer avec leurs familles ?

 

Témoins, enquêtes, reportages et documents inédits

Le mook 1944 se distingue par sa richesse iconographique. De nombreuses photos rares et jamais publiées y figurent en grand nombre. Elles sont issues directement des archives militaires américaines, allemandes, anglaises…

Mais aussi de témoignages poignants et inédits comme celui de William Gillet, war baby et fils d’un soldat américain de la Black Company

 

De belles signatures, un petit prix et une marge intéressante pour les libraires/presse

Le mook 1944 compte de belles signatures. Autour d’Hugues Wenkin qui collabore déjà avec les plus grands acteurs de la presse historique française depuis 2005 et qui est l’auteur de quelques succès comme Les témoins d’acier, Rommel, Ében-Émael. L’autre vérité… nous retrouvons de bonnes plumes comme celles de Jean-Paul Martoz, Philippe Carrozza, Mathieu Billa, Frank Rockenbrod, Daniel Ruelens, Christophe Lafaye…

Olivier Weyrich, fondateur de la maison d’édition éponyme, est à l’initiative de ce nouveau périodique surprenant. Figure importante du paysage littéraire belge francophone, sa ligne éditoriale se distingue par le dynamisme dont il fait preuve au sein de ses différentes collections depuis vingt ans. Brassant divers sujets et ancrages tels que l’histoire militaire, la littérature, la nature, le Congo ou encore le jardinage, son catalogue se diversifie et s’enrichit chaque année un peu plus, avec une quarantaine de titres et quelques réimpressions.

Avec 1944, il propose un nouveau produit qui vient bien à point. Séduisant par sa qualité et son esthétique d’un genre singulier, mais aussi attractif par un prix de vente (20 euros ttc), le mook 1944 devrait toucher un large public devenu attentif au coût de la vie.

Les éditions Weyrich publient également une autre revue, bien connue : Esprit jardin.

Celle-ci a l’avantage d’être belge francophone. Toutes les informations sont donc valables pour notre région, au contraire bien souvent des revues françaises proposant de jolies photos du Midi…

Paraissant 10 fois par an (5,2 €), elle procure 30% de remise au libraire/presse, et non 25% comme d’habitude (hélas).

Le deuxième numéro de 1944 est annoncé pour mai 2019 avec comme sujet central le débarquement en Normandie.

D’ici là, nous vous invitons à mettre ce nouveau titre bien en vue pour l’aider à réussir son lancement.

Prodipresse vous informe

 01/02/2019

Cette année, la réception de Nouvel An de Bingoal s’est tenue le dimanche 27 janvier à l’Hôtel de la Poste, situé sur le site de Tour et Taxis. Cette salle historique des guichets a été transformée en lieu événementiel au caractère unique.

Plus de 300 invités ont dégusté un dîner trois services agrémenté d’animations et d’une analyse des chiffres de l’année écoulée par la direction de Bingoal.
L’entreprise Bingoal a connu une forte croissance en 2018 et les prévisions pour 2019 suivent cette tendance.

Dans le cadre de cette vision de croissance, Bingoal prévoit une expansion de son offre ainsi que 50 nouvelles librairies/presse. De plus, Bingoal a également annoncé un nouveau partenariat avec la Bingoal Cycling Cup, la coupe de Belgique de cyclisme sur route.

Les invités ont été divertis tout au long de la soirée. Lors de l’apéritif, ils pouvaient se faire immortaliser par le caricaturiste Marc De Roo. Ensuite, Olivier Laurent, humoriste belge et virtuose de l’imitation, a régalé le public avec ses imitations d’entre autres Johan Museeuw, Joe Cocker et Frank Sinatra. La soirée s’est clôturée avec le chanteur Gunter Neefs, suivi d’un DJ.

Prodipresse souhaite souligner le sérieux et la fiabilité d'un partenaire comme Bingoal envers le réseau des libraires/presse. Le rendez-vous est pris pour l’année prochaine !

Prodipresse vous informe

 17/12/2018

Comme ce fut déjà le cas l’année dernière, une libraire/presse (ici de la région de Liège) nous a prévenus que deux représentants démarchaient dans les commerces pour une société qui vend des machines à café et distributeurs de boissons. Période de fêtes ou non, il n’est malheureusement pas rare que des « représentants » tentent de vous démarcher pour vous faire signer rapidement un contrat peu clair ou présentant des chiffres douteux.

 

Imaginez la scène :

Un jeudi matin, alors que vous placez vos titres de presse dans vos linéaires, deux commerciaux soi-disant mandatés par une grande marque débarquent dans votre librairie/presse. Ils vous font miroiter un leasing pour une machine à café ou un distributeur à boissons à des prix soi-disant avantageux et ils vous démontrent qu’en ne payant que quelques euros par jour vous allez en gagner le double facilement. Ils vous exhortent ensuite de signer le contrat dans les plus brefs délais, prétextant une offre limitée dans le temps.

Il s’agit d’une arnaque, car les prix annoncés pour ce type d’appareil par ces représentants sont trois à quatre fois plus élevés que les prix normaux du marché. De plus, aucune offre de contrat n’est limitée dans le temps au point que vous deviez la signer directement !

Ajoutons également à cela qu’ils vous demandent au final de payer « cash » la machine à café (10.000 euros HTVA, soit trois fois supérieur au prix du produit) et il n'est pas possible d'annuler votre contrat avec eux une fois qu'il est signé, à moins de leur régler 30% de l'achat de la machine en guise de dédommagement.

Prodipresse souhaite vous mettre en garde contre ces représentants. Leurs propositions sont certes intéressantes sur papier, mais une fois que l’on lit les conditions générales de leur bon de commande, on s’aperçoit de plusieurs éléments pouvant vous porter préjudice.

 

En voici quelques-uns :

« Les prix et conditions des offres (tant directes que celles faites par les agents) sont sans engagement. Les conditions particulières ne sont valables que si elles ont été confirmées par la société mère. Il en est de même pour tout engagement pris par ses représentants ou employés ».

 

Concrètement, cela signifie que tout ce que les représentants vous promettent oralement ou par écrit peut être annulé par la société et ce malgré leur transcription sur le bon de commande que vous avez signé. Dès lors, comment être sûr que ce que vous a dit le représentant sera bien respecté ?

 

« Le refus d’un leasing ou d’un financement par l’organisme bancaire consulté par la société mère ne peut pas entraîner la résiliation du contrat de vente par le client. Le client reste obligé d’exécuter le contrat intégralement. »

 

Imaginons qu’après avoir signé le contrat, votre banque vous refuse un prêt pour l’achat de la machine à café ou à boissons. Et bien c’est trop tard, car vous avez déjà signé le contrat et ne pouvez donc pas utiliser cela comme raison pour rompre votre accord.

 

« Si le client reste en défaut d’exécuter ses obligations de paiement et / ou d’achat, la société mère enverra une lettre recommandée de mise en demeure au client dans laquelle le client sera invité d’exécuter ses obligations, et dans laquelle le client sera présenté une dernière opportunité de régler sa situation endéans les dix jours à partir de la date d’envoi de la lettre. Si le client ne donne pas de suite à la mise en demeure, la société mère aura le droit de constater unilatéralement la résolution non judiciaire à charge du client. Dans ce cas, le client sera obligé de dédommager les dégâts dans le chef de la société mère, tels que perte de bénéfice, frais administratifs, commissions, indemnité d’annulation redevable au fabricant des marchandises, etc. Les parties évaluent ces dégâts dans le chef de la société mère à un montant forfaitaire de 30% de prix de vente, sans réductions.»

 

Étape suivante :

Vous voulez rompre le contrat pour une raison X ou Y. Et bien le seul moyen d’en sortir, c’est en réglant 30% du prix de vente du distributeur. Soit, dans ce cas-ci, un peu plus de 3.000 euros.

 

« En cas de litige entre parties, de quelque nature qu’il soit, et quel que soit l’endroit de livraison ou d’installation, les tribunaux de l’arrondissement de Limbourg, département Hasselt seront seuls compétents. »

 

Pour couronner le tout, au cas où une procédure judiciaire débuterait, tout cela se réglerait devant un tribunal de l’arrondissement judiciaire de Limbourg et entièrement en néerlandais. Autant dire que cela n’est pas à votre avantage.

Une nouvelle fois, Prodipresse souhaite insister sur la vigilance à avoir face à tous les contrats que l’on vous présente. Soyez vigilants et prenez bien le temps de lire chaque contrat que l'on vous propose avant de le signer, car après il est trop tard pour faire machine arrière.

Cette problématique fait partie du mémorandum fédéral de Prodipresse, puisque nous y avons inclus un point qui soutient la proposition de loi proposant qu’un indépendant ou une PME ait le même droit de rétractation qu’un particulier, à savoir 14 jours après la signature du contrat.

 

Avant de signer un contrat :

Lisez-le à plusieurs reprises à tête reposée. Aucune offre de contrat n’est limitée dans le temps au point que vous deviez la signer directement ;
Ne prenez pas ce que vous affirme un représentant pour argent comptant. Son but est de vous faire signer le contrat, même s’il doit parfois vous mentir ;
Vous êtes membre de Prodipresse et vous avez un doute par rapport à un contrat ? Envoyez-le-nous par fax (010/40.23.64) ou par mail (secretariat@prodipresse.be) afin que nous le lisions attentivement.

 

Cet article est extrait du Prodipresse Magazine n°84 de décembre 2018.

Actualités publiques

 03/12/2018

Prodipresse a interrogé Arnaud Hermesse (Chief Retail Officer à la Loterie Nationale) au sujet de cette réorientation des activités régionales de l’entreprise.

Il nous dit : « L’organisation commerciale et logistique «physique» actuellement en place à la Loterie Nationale (avec 8 Bureaux régionaux) date de 1999, soit l’année de l’introduction de l’euro comme monnaie unique! Cette organisation a permis à la Loterie Nationale de bénéficier d'une position forte dans le secteur de la vente au détail. Un changement s'impose néanmoins en raison de la désormais forte concurrence sur le marché, de la pression subie sur le chiffre d'affaires et les marges, mais aussi en raison de l’évolution de plus en plus rapide du comportement du consommateur ».

 

Pourquoi vouloir réorienter les activités régionales de la Loterie Nationale?

Arnaud Hermesse : «Notre volonté de départ était d’organiser l'activité Retail autrement afin de pouvoir répondre efficacement aux défi s auxquels la Loterie Nationale et le commerce de détail doivent répondre aujourd'hui. Ces défis sont nombreux et se répartissent dans l’un des trois grands groupes suivants :

  1. Nous voulons optimiser la satisfaction et l’expérience de nos points de vente et de nos joueurs, un objectif qui doit être effectivement partagé par tous les collaborateurs de la Loterie (orientation client);
  2. Nous voulons accorder une plus grande attention aux résultats et à la croissance du chiffre d'affaires et des marges;
  3. Nous voulons nous focaliser davantage sur l'efficacité et développer une approche unique plutôt que régionale ».

 

Quelles raisons vous poussent à accorder une plus grande importance aux résultats?

Arnaud Hermesse : « Nous avons pour mission de donner à chaque personne majeure l’opportunité de satisfaire son besoin de jeu. Nous souhaitons ainsi contribuer positivement au plaisir de jeu et à l’esprit communautaire de nos joueurs. Nous organisons pour ce faire des jeux attractifs, accessibles et responsables, caractérisés par leur dimension collégiale et leur transparence, et développés, commercialisés et promus selon cette optique. Nous mettons les bénéfices que nous enregistrons à la disposition de la collectivité. Une relation directe et ouverte entre le joueur, le jeu et les bonnes causes est ainsi établie. Nous assumons également un rôle d’exemple dans notre gestion d’entreprise. Nous souhaitons être une organisation moderne, performante, attentive aux coûts et à la durabilité notamment dans notre responsabilité sociale en tant qu’entreprise, notre politique de ressources humaines et notre politique d’achat.

Compte tenu de la concurrence, de la pression subie par notre chiffre d’affaires et nos marges, de l’érosion du nombre de librairies (notre principal canal de distribution), de l’évolution du comportement du consommateur, nous sommes contraints de faire évoluer notre organisation en optimisant nos activités commerciales afin de répondre à ces changements et de pouvoir continuer à assumer cette mission. C’est indispensable si nous voulons poursuivre notre politique généreuse de retour à la Société ! »

 

Pour ce faire, allez-vous renforcer votre département en engageant de nombreux nouveaux collaborateurs avec un profil commercial ?

Arnaud Hermesse : « La réponse est clairement NON. Pour améliorer nos résultats, nous allons nous concentrer sur notre core-business et libérer davantage de temps pour que nos équipes puissent se concentrer sur les activités de stimulation des points de vente existants (upselling et cross-selling) et de prospection de nouveaux points de vente là où le consommateur nous attend. Pour y parvenir, nous devons diminuer leurs tâches administratives, logistiques et opérationnelles, et accorder une plus grande attention à l’accompagnement des équipes et du réseau de distribution.

Nous pouvons légitimement nous poser la question de la pertinence de disposer de nos propres logisticiens : les activités logistiques ne constituent pas notre core-business et la plupart de nos points de vente sont de toute façon visités fréquemment par des entreprises spécialisées dans le transport de marchandises (livraison du courrier, de la presse, de produits d’alimentation…). C’est pourquoi après de nombreuses analyses, nous avons décidé de sous-traiter nos activités logistiques à une entreprise spécialisée dans le domaine. Conway a été désignée à la suite d’une longue procédure d’appel d’offres. Nous allons ainsi gagner en efficacité grâce au temps libéré pour des tâches plus commerciales et réduire notre empreinte écologique, sans diminuer la qualité du service apporté aux points de vente.

Nous considérons que la sous-traitance des activités logistiques à Conway est une bonne nouvelle pour les librairies : avec Conway, le contenu des livraisons gagnera en précision vu qu’il sera déterminé à un moment plus proche de la livraison. Par conséquent, les livraisons répondront mieux aux besoins réels des librairies.

Cette sous-traitance sera réalisée progressivement. La région de Bruges bénéficiera en premier de ce nouveau service. Sur la base de cette première expérience, ce service sera déployé progressivement dans les autres régions du pays.

La sous-traitance des activités logistiques ne s’accompagne pas d’un bain de sang social à la Loterie Nationale: chaque collaborateur logistique actuel se voit proposer une nouvelle fonction (plus commerciale) dans l’entreprise. Il s’agit généralement d’une fonction de Merchandiser (visant à apporter aux points de vente un support commercial lors des actions temporaires, à partager avec eux les best practices et à les assister dans leur politique d’aménagement et de mise en place des produits) ou d’une fonction dans l’un de nos futurs Lottery Centers ».

 

La réorientation des activités régionales implique (à terme) les changements suivants :

  • Dans un souci d’efficacité, de focalisation sur les tâches plus commerciales et de respect de l’environnement, les activités logistiques de la Loterie Nationale sont sous-traitées à Conway ;
  • Afin de renforcer la visibilité de ses jeux et de son impact sociétal par l’intermédiaire de ses activités de subsides et de sponsoring, les 8 Bureaux régionaux anonymes seront transformés en 8 Lottery Centers urbains où il sera possible pour la Loterie de communiquer directement avec ses joueurs et de leur payer leurs gains intermédiaires sans qu’ils ne doivent se déplacer au siège social de la Loterie Nationale à Bruxelles ;
  • La création de 3 Regional Hubs (Bruxelles, Liège et Gand) dotés d’un centre de formation pour les points de vente afin de mieux les soutenir et de répondre au souhait de rendre les formations plus régulières et plus accessibles ;
  • La création d’une fonction de Merchandiser au sein des équipes de la Loterie Nationale chargé de mieux accompagner le réseau en apportant aux points de vente un support commercial lors des actions temporaires, en partageant avec eux les best practices et en les assistant dans leur politique d’aménagement et de mise en place des produits.

 

La presse a en effet relayé l’information selon laquelle la Loterie Nationale a l’intention d’ouvrir dans les grandes villes du pays, une chaîne de magasins en gestion propre. Les libraires doivent-ils craindre cette nouvelle concurrence?

Arnaud Hermesse : « La Loterie Nationale dispose aujourd’hui de huit bureaux régionaux. Ceux-ci n’offrent aucune visibilité à ses produits, aux bonnes causes qu’elle soutient financièrement, à son équipe cycliste…. Ces Bureaux régionaux exercent essentiellement une fonction logistique ainsi qu’une fonction de paiement des gains intermédiaires aux joueurs. Ces 8 Bureaux régionaux anonymes seront transformés en 8 Lottery Centers davantage visibles. Ils seront ouverts et accessibles aux joueurs, aux points de vente ainsi qu’à toute autre personne intéressée par nos activités de manière générale. Ils permettront à la Loterie Nationale d’accorder davantage de visibilité à ses produits et de mieux communiquer avec ses joueurs. Dans ces Lottery Centers, il sera possible pour le joueur d’encaisser ses gains intermédiaires sans devoir se déplacer au siège social de la Loterie Nationale à Bruxelles. Le rôle sociétal de la Loterie Nationale sera davantage mis en lumière. Il est très important que le joueur sache quelles bonnes causes ses mises contribuent à financer. Enfin, du merchandising sera également disponible dans ces Lottery Centers (je pense notamment au maillot de l’équipe cycliste Lotto-Soudal).

Nous voyons ces Lottery Centers comme une sorte de laboratoire où nous pourrons tester de nouveaux jeux, idées et technologies avant de les étendre à tout le réseau. Ainsi, nous pourrons mettre sur le marché de nouveaux produits répondant encore mieux aux attentes de nos points de ventes et de nos joueurs. Ces Lottery Centers seront exploités par du personnel propre à la Loterie.

Les objectifs de ces Lottery Centers sont donc très différents de ceux des libraires. La Loterie Nationale poursuit un objectif de communication avec le joueur et de visibilité de l’entreprise, de ses produits et de son rôle sociétal. L’accent n’est pas placé sur le commerce.

Dans cette logique, les Lottery Centers ne commercialiseront pas d’autres produits que les produits en lien avec la Loterie Nationale. Il aurait été étonnant de ne pas y voir nos produits!

Nos Lottery Centers (dont le nombre sera très limité) doivent plutôt être vus comme de nouveaux moyens de communication plutôt que comme des points de vente. Ils seront localisés dans de grandes villes où les points de vente sont déjà nombreux. Il y a donc une certitude de la part de la Loterie que ces Lottery centers ne deviendront pas des points de vente traditionnels avec d’autres produits, comme la presse par exemple ».

 

Certains de nos membres devant suivre une formation estiment que votre centre unique de formation situé à Jette n’est pas aisément accessible. Des changements en vue à ce niveau?

Arnaud Hermesse : « Ils ont raison. Nous sommes conscients que la mobilité est un réel problème en Belgique et particulièrement autour de Bruxelles. L’accessibilité joue aujourd’hui un rôle plus important que dans le passé. Aujourd’hui, la Loterie Nationale ne dispose que d’un seul centre de formation pour les points de vente souhaitant se familiariser avec notre terminal de vente classique (le GT1200). Celui-ci est basé à Jette et n’est pas aisément accessible en transports en commun lorsqu’on vient d’Arlon ou d’Ostende.

Je l’ai déjà dit : nous voulons être davantage « customer centric ». Pour être orientés clients, nous devons également être orientés points de vente. Nous trouvons donc qu’il est très important de renforcer la pertinence, la fréquence et l’accès aux formations à nos points de vente. Elles doivent être adaptées aux défis spécifiques auxquels ils sont confrontés.

Un des volets de notre nouvelle approche régionale prévoit la création des 3 Regional Hubs, chacun étant doté d’un centre de formation pour les points de vente et d’espaces pour le travail flexible («Flex work»). Nous allons donc décentraliser les formations. Dans un avenir proche, les formations ne se donneront plus uniquement à Jette, mais seront organisées dans l’un des trois Regional Hubs suivants :

  • Le Regional Hub de Liège (FR) : il s’agit en réalité de l’extension et du réaménagement du Bureau régional actuel situé à l’Avenue Blonden. Celui-ci dispose d’une localisation optimale à proximité de la Gare des Guillemins et de l’E25 et sera donc aisément accessible aux points de vente venant y suivre une formation;
  • Le Regional Hub de Gand (NL) : après quelques travaux d’aménagement, celui-ci s’installera début 2019 dans l’espace de bureaux «Westrem» à Sint-DenijsWestrem. Cet espace est situé à proximité immédiate de l’E40 et à une douzaine de minutes en transport en commun de la Gare de Gand-Saint-Pierre ;
  • Regional Hub de Bruxelles (FR+NL) : nous sommes à la recherche d’une localisation optimale (d’ici là, le Regional Hub de Bruxelles occupera nos locaux actuels à Jette). L’objectif est de doter le Regional Hub de Bruxelles d’un studio d’enregistrement permettant à nos joueurs, aux points de vente et à tous les citoyens en général d’assister aux tirages du Lotto!

Tous nos points de vente seront bientôt informés personnellement du Regional Hub auquel ils sont rattachés.

D’une manière plus générale, il va de soi que tous les volets du renforcement de notre organisation et de la réorientation des activités régionales de la Loterie feront l’objet de notes d’informations complètes à nos points de vente via les canaux de communication classiques (représentants commerciaux, Lo’pdate, LoNet, emails…) ».

Cet article est extrait du Prodipresse Magazine n°83, disponible en cliquant ici.

Prodipresse vous informe

 09/10/2018

Ce mercredi 10 octobre, Le Soir sera gratuit dans toutes les librairies et points de vente du pays.

Cette action est organisée par le groupe Rossel afin de promouvoir l’évolution du projet rédactionnel : apporter une information de qualité aux lecteurs pour mieux comprendre et appréhender les phénomènes importants de notre société, tout en rajoutant d’avantages de citoyenneté et de solutions.

Concrètement :

Chaque citoyen pourra se rendre dans un point de vente et recevra gratuitement un Soir de ce mercredi 10 octobre. Cette édition spéciale sera orientée autour de trois axes principaux :

  • Le suivi de l’actualité;
  • Le supplément culturel hebdomadaire le MAD;
  • Un supplément spécial, La Commune Idéale, dans lequel la rédaction du Soir se penche sur le fonctionnement actuel des communes et imagine les pistes de solution à moyen et court terme.

Pratiquement :

Chaque libraire/presse recevra des quantités suffisantes pour servir sa clientèle habituelle mais également pour en distribuer à toute personne ouvrant la porte de son point de vente.

Rendez-vous ce mercredi 10 octobre en librairie/presse!

Prodipresse vous informe

 11/09/2018

Né en 1897, le magazine L’Éventail est le plus ancien magazine d’art de vivre toujours en activité. Depuis cet été, il s’est lancé dans la Réalité Augmentée, ce qui en fait aussi l’un des tous premiers titres de presse à le faire en Belgique voire en Europe.

« Cette technologie est un moyen, nous en sommes convaincus, indispensable pour permettre aux mondes de la presse et du digital de se réconcilier et de coexister pacifiquement. Elle devrait également profiter à nos libraires/presse en incitant une population à ce jour presqu’exclusivement dirigée vers les supports digitaux à se tourner à nouveau vers la presse écrite. Cette technologie deviendra incontournable, nous en faisons le pari, à très court terme ! », affirme l'équipe du magazine.

Durant tout l’été, les lecteurs de L’Éventail ont donc fait une expérience inédite : celle de la réalité augmentée appliquée au plus ancien magazine d’art de vivre d’Europe.

« Grâce à cette technologie stupéfiante, L’Éventail est délibérément entré dans l’ère de la presse écrite enrichie de contenus digitalisés (bandes annonces, vidéos, photos, annonces immobilières, articles supplémentaires) ! ».

Comble du bonheur pour le magazine: ses lecteurs l'ont suivi dans cette toute nouvelle direction technologique. « Notre numéro d’été a en effet été scanné plus de 8 400 fois, et ce n’est pas fini ! »

Un résultat très enthousiasmant qui donne envie au titre d’enfoncer le clou et de frapper encore plus fort. Numéro après numéro, L’Éventail en réalité augmentée affiche le désir de monter en puissance pour s’affirmer comme un acteur de tout premier plan dans le domaine.

C’est notamment déjà le cas avec son numéro « Nature & Chasse » sorti début septembre.

« Bientôt, vous ne direz plus : "je lis L’Éventail", mais plutôt : "je vis L’Éventail"» conclut l'équipe du magazine.

 

Prodipresse vous informe

 05/09/2018

Depuis le début de l’année 2018, la société belge de carterie Ho Bic Club a décidé de travailler encore plus intensément en collaboration avec le réseau des libraires/presse francophones indépendants. Proposant notamment les produits de la marque française Pictura, Ho Bic Club met un point d’honneur à ne pas proposer ses produits dans les grandes surfaces. Son actualité? Des cartes de vœux pour la période des fêtes de fin d’année à commander sans tarder!

 

Bonjour, pouvez-vous nous présenter la société Ho Bic Club ?

Bonjour, Ho Bic Club est une société créée par Monsieur PASQUINI Giovanni, qui est bien connu dans la région du Centre, dont les spécialités sont le domaine de la Papeterie et de la Carterie depuis 1985. Amoureux de la carte depuis sa tendre jeunesse, Giovanni a tenu trois librairies/presse dans les villes de Morlanwelz et de La Louvière, plus précisément.

Le succès de ses affaires est dû au fait de sa capacité à savoir se différencier de ses concurrents. Eh oui, son originalité, qui est toujours d’actualité dans sa librairie de Morlanwelz, proche du parc de Mariemont, consiste à vendre des cartes de vœux qui ne sont pas présentes dans la grande distribution (Delhaize, Carrefour, etc.) et dont l’originalité dépasse les frontières.

En 2008, voyant son succès grandissant, Giovanni décida de coopérer avec la prestigieuse marque « PICTURA » (Leader de la carterie en France) et d’en devenir le distributeur exclusif pour la Belgique ainsi qu’au Luxembourg. Ce dernier est super fier de PICTURA, car la croissance va bon train.

Le succès de sa passion, aider et protéger les PME en ne travaillant pas avec la grande distribution, fait de la société HO BIC CLUB votre partenaire idéal pour développer et augmenter vos ventes dans ce domaine merveilleux qu’est la carte de vœux.

 

Votre société est donc spécialisée dans la carterie. Quels sont les différents produits que vous proposez ?

Nos produits sont les cartes de haut de gamme, avec une valeur ajoutée ne se trouvant qu’en papeterie ou dans les librairies, sans oublier nos cartes de saisons dont vous aurez un aperçu avec notre magnifique collection de Noël dans ce numéro du Prodipresse Magazine. Nous avons également la distribution des produits Wondercandle. C’est-à-dire les bougies étincelantes avec les chiffres et cœurs, afin de mieux personnaliser vos gâteaux de circonstance.

À la suite de notre collaboration avec les Papeteries, nous représentons également la marque phare « Santoro », dont sont issus les produits Gorjuss, Mirabelle et Kori Kumi.

 

Pourquoi un(e) libraire/presse devrait il/elle travailler avec Ho Bic Club ?

Si je devais résumer, je dirais qu’il y a six avantages à travailler avec Ho Bic Club :

  • Un partenariat familial ;
  • Une grande flexibilité ;
  • Des nouveautés régulières ;
  • Une marque de renommée ;
  • Un excellent rapport qualité-prix ;
  • L’absence de nos produits dans la grande distribution (Delhaize, Carrefour, etc.).

 

Comment définiriez-vous votre expérience avec le réseau ?

Notre expérience avec le réseau est très positive et enrichissante, au vu de sa première année de collaboration. Nous sommes agréablement surpris de constater l’appel constant des libraires/presse afin de pouvoir présenter notre gamme en carterie « PICTURA ».

De plus, la marge bénéficiaire de 60% permet aux libraires/presse de mieux gagner leur vie !

 

Vous travaillez désormais avec Prodipresse depuis quelques mois. Quels sont les avantages d’une telle collaboration ?

Les avantages de travailler avec Prodipresse sont multiples. Avec un réseau de plus de 1.000 libraires/presse dont un bon tiers est membre de Prodipresse et une équipe très polyvalente ayant la même conviction commerciale que la nôtre, cette collaboration ne peut être que bénéfique !

 

Nous parlions un peu plus haut des différents produits que proposait Ho Bic Club, vous allez commercialiser une nouvelle collection : celle de Noël. Dites-nous-en plus !

Pour notre collection de Noël, l’objectif est toujours que le libraire/ presse rentabilise au maximum son département cartes. Nous proposons trois séries de cartes :

  • Les arabesques dont la thématique est plutôt la nature à Noël ;
  • Les cristalles avec des tons un peu plus chauds ;
  • Les 3D (cartes pop-up) qui s’ouvrent sur des décors de Noël et de fête.

Qui dit Noël dit évidemment finitions en or ou argent avec des paillettes. Ce sont des cartes une nouvelle fois uniquement présentes dans les librairies/presse indépendantes et disponibles en dépôt-vente. Une véritable aubaine et un produit de qualité à côté duquel il ne faut pas passer !

 

Pour finir, Ho Bic Club peut compter sur deux représentants de terrain. Qui sont-ils ?

Les deux représentants commerciaux de terrain sont Monsieur François ALBERT et Monsieur Hervé SWYSEN. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont de la bouteille dans le domaine de la carterie ! De plus, ils sont complémentaires. En effet, Monsieur François ALBERT travaille pour Ho Bic Club, depuis 10 ans.

Quant à Monsieur Hervé SWYSEN, c’est un fils d’indépendant dans le domaine de la carterie depuis 33 ans dans le Brabant Wallon, ayant travaillé auparavant pour des sociétés française et hollandaise dans le domaine de la carterie également. Monsieur SWYSEN connaît aussi bien le marché francophone que néerlandophone. Il peut également se mettre à la place du client, au vu de son expérience paternelle.

 

Délégués commerciaux

Mr. Hervé SWYSEN : +32 (0)485 571 716
(Bruxelles, Brabant wallon, Hainaut et Namur)

Mr. François ALBERT : +32 (0)475 410 850
(Liège, Luxembourg et GD de Luxembourg). 

 

Prodipresse vous informe

 14/06/2018

La Loterie Nationale a décidé de revoir le billet à gratter Mots Croisés en proposant désormais deux éditions : un billet à 3 € au nouveau design et un tout nouveau billet à 5 € avec 2 grilles de jeu.

Informations pratiques :

      • Lancement : le lundi 11 juin 2018 ;
      • Numéro de jeu : 506 pour l'édition à 3 €, 521 pour l'édition à 5 €, 522 pour l’édition allemande à 5€ ;
      • Gain minimum garanti par paquet scellé : 68 € pour l'édition à 3 €, 55 € pour l'édition à 5 €.

Vous trouverez toutes les informations dans le Lop'date et le matériel publicitaire est à placer à partir du lundi 11 juin.

Prodipresse vous informe

 14/06/2018

« Ladbrokes.be » vous offre 80% de marge sur la vente du Guide de la Coupe du monde en Russie.

À l’occasion de la Coupe du Monde de Football 2018, « Ladbrokes.be » publie le guide de référence pour les fans de football et les parieurs. Vendu au prix de 9,90€ il sera, selon la formule consacrée, disponible dans toutes les bonnes librairies/presse à partir du 31 mai 2018.

Dans le cadre de sa relation privilégiée avec les librairies/presse et sa volonté de se rapprocher des acteurs de terrain que sont les libraires/presse, « Ladbrokes.be » a le plaisir de vous annoncer que 7,47€ par exemplaires vendus vous seront restitués (soit 80% de la marge sur le prix de vente HTVA).

Richement illustré et composé, entre autres choses, des profils de toutes les équipes participantes, des joueurs clés, ainsi que des statistiques pour proposer au lecteur des aides pour parier, le guide édité par « Ladbrokes.be » se positionne comme l’ouvrage le plus complet disponible pour cet évènement majeur.

Une affiche promotionnelle vous sera également offerte par « Ladbrokes.be » lors de la distribution des Guides afin de vous permettre de le mettre en avant dans vos librairies/presse.